Marion Maréchal Le Pen découvre avec consternation les propos tenus par Claude Haut, président socialiste du conseil général de Vaucluse, propos tenus dans La Provence le 25 mars. Ainsi, « si lundi matin, le FN prend les rênes du conseil départemental, il le gérera…en supprimant les aides sociales ». Faut-il rappeler à M. Haut le programme du FN en matière d’aides sociales : « lutter contre la fraude et les abus », abus qui représenteraient jusqu’à 18% de perceptions indues, faute certainement de courage politique. L’objectif d’une meilleure gestion sera justement de mettre l’argent économisé pour mettre en oeuvre une politique sociale plus efficace et plus juste au service des plus démunis, notamment de nos anciens. Par ailleurs, Mme Maréchal Le Pen rappelle à M. Haut que les critères d’attribution sont fixés par la loi. Le département n’a donc aucune compétence pour décider d’attribuer ou non telle aide à une personne à moins de se mettre dans l’illégalité. Ce combat, le FN le mène et le mènera à l’Assemblée pour la suppression des aides aux délinquants multirécidivistes et aux djihadites, combat que les amis députés de M. Haut ne semblent pas actuellement vouloir mener. Ainsi, les propos du président Haut relèvent soit de la diffamation, soit de l’incompétence, ce qui serait inquiétant après 14 ans à la tête de ce département. Mme Maréchal Le Pen penche pour la deuxième hypothèse, compte tenu de l’état dans lequel M. Haut laisse le département de Vaucluse.